RDC : Un moratoire de six mois aux opérateurs miniers pour la transformation des minerais

Site minier RDC

Le  ministre des Mines, Willy Kitobo, a accordé un moratoire de 6 mois aux opérateurs miniers, principalement les producteurs des concentrés de cuivre sulfure pour la transformation sur place.

 Ce, afin de donner aux produits marchands extraits des gites des substances minérales du sol et sous-sol congolais une plus grande valeur ajoutée.

Dans une correspondance adressée aux opérateurs miniers ce mardi 13 octobre 2020, Willy Kitobo, a rappelé à ces derniers l’interdiction par le Code minier, de sortir du pays les minerais bruts.

« J’ai décidé d’accorder un moratoire à tous les producteurs de concentrés de cuivre sulfure de six mois et ce dernier qui prendra fin le 12 avril 2021 ne pourra être prolongé que sur base d’une justification d’un projet de transformation ultérieure sur place », a instruit le ministre des Mines.

Et de rappeler : « Comme vous le savez, la loi minière congolaise interdit l’exportation des produits miniers bruts et même concentrés non finis. Il faut comprendre par là que le pays exige une transformation sur place pour donner aux produits marchands extraits des gites des substances minérales du sol et sous-sol de notre pays une plus grande valeur ajoutée. Et ce n’est qu’en travaillant sous cette forme que nous créerons plus d’emplois, de l'extraction minière aux usines de transformation métallurgique et comptons obtenir le maximum des recettes attendues de la valorisation de ses richesses minérales par les privés ». 

Rappelons qu’il y a quelques jours, la question de transformation des minerais sur place a fait l’objet des échanges entre le ministre des Mines d’une part et les opérateurs miniers d’autre part. La question des moratoires régulièrement signés, autorisant les miniers d’exporter les concentrés de cuivre.

A l’issue des échanges, toutes les parties s’étaient dites d’accord sur l’importance de transformer sur place les concentrés pour leur donner une valeur ajoutée. 

La décision prise ce même jour (22 août 2020) était d’accorder un moratoire sans limitation de délai jusqu’à nouvel ordre aux miniers producteurs des hydroxydes et carbonades de cobalt, « puisque tout le monde était d’accord que ce métal est plus recherché aujourd’hui dans le commerce mondial sous forme de sel que de métal ».

L’autre moratoire a été accordé aux concentrés des 3T et étain pour des raisons de déficit criant d’énergie à l’Est, freinant toute industrialisation.

 

Rédaction, FinanceTimes.cd

Dans la même catégorie